JME

HELLO, BONJOUR, IA ORANA, MAEVA

TAHITI VITAL ENERGY vous accueille sur la plateforme internet tevaiuta-webart.com

Vous êtes en ces lieux à la source VAIMA ‘VAI’ EAU, “MA”, PURE, littéralement EAU PURE,

parce que vous êtes sensibles à l’appel de la NATURE, à travers l’invitation de la Direction de l’Environnement, en ce jour de la fête mondiale de l’eau… bonne visite, bonne lecture, et belle journée.

ATELIER 1

VAITAPIRIHAPAINA

 

ATELIER 1

VAITAPIRIHAPAINA

TAHITI VITAL ENERGY

  animé par l’équipe

MERLINA,TAHA,TAU,ORAMA,MAUD,R1

L’eau est à l’origine de la vie. La vie est apparue dans l’eau, il y a environ 3 milliards d’années, sous la forme de micro-organismes unicellulaires qui
furent les lointains ancêtres de tous les êtres vivants actuels.

PRESERVER UNE SOURCE, COMMENT FAIRE?

Présence d’une tortue à Vaima

Photo prise le 28 mars 2023 à 8h46

 

Pour préserver la source VAIMA, nous devons changer nos comportements… comment?

en:

1-respectant sa faune et sa flore

La source VAIMA est le lieu d’habitation:

    • de la plus petite cellule végétale (ALGUE)

    • de mollusque (COQUILLAGE)

    • de larves de POISSON

    • de larves de CHEVRETTE

    • de larves d’ANGUILLE,…

Un déséquilibre de la faune et flore de la source VAIMA, la réduction du nombre d’espèces présentes, la présence d’un écosystème invasif entrainent à court et moyen terme l’appauvrissement de la source…

2-utilisant des savons naturels,

3-évitant de boire de l’alcool dans et aux abords de la source

4-évitant de fumer sur place (mégots très polluants)

5-évitant de laisser trainer ses ordures…

6-participant aux journées de nettoyage

 

PRESERVER UNE RIVIERE

des déchets humains

des encombrants

,…

 

en savoir + sur le site de la DIREN

 

PRESERVER UN RUISSEAU

des déchets humains

des encombrants

,…

 

en savoir + sur le site de la DIREN

 

PRESERVER UN LAC

des déchets humains des déséquilibres de l’écosystème (Algues)

en savoir + sur le site de la DIREN

Une source, en hydrologie, est l’endroit où une eau liquide sort naturellement du sol. Une source est très souvent à l’origine d’un cours d’eau, d’un ruisseau, d’une rivière ou même d’un fleuve.

Un cours d’eau est un écoulement terrestre d’eau liquide entre une source et une embouchure ou une confluence. en savoir plus

Tout repose sur un équilibre… un déséquilibre engendre des dysfonctionnements… des phénomènes naturels.. sécheresses, inondations, eau contaminée…guerres,

l’Humanité toute entière est responsable de sa survie…
et nous à TAHITI, dans notre commune de Teva I Uta, MATAIEA et PAPEARI…
sommes-nous CONSCIENTS…. de la richesse en EAU que nos ANCIENS nous TRANSMETTENT

 

La quantité moyenne d’eau contenue dans un organisme adulte est de 65 %, ce qui correspond à environ 45 litres d’eau pour une personne de 70 kilogrammes.

L’eau permet de maintenir le volume de sang dans le corps, les cellules et les organes absorbent de l’oxygène par l’intermédiaire du sang et rejettent du CO2 par la respiration. C’est pourquoi il est essentiel de maintenir un volume de sang suffisant pour transporter l’oxygène nécessaire à l’organisme.

Nous pouvons vivre pendant assez longtemps sans nourriture avant d’épuiser nos réserves, mais nous ne pouvons survivre que deux jours sans eau. En effet, l’eau est le principal composant de notre organisme, et représente 75% du poids d’un bébé et 50% du poids d’une personne âgée. Or nous ne pouvons pas faire de réserves. Etant donné que nous perdons 2,6 litres d’eau par jour (une personne sédentaire de poids normal), nous devons refaire les stocks tous les jours.

Quel est le rôle de l’eau dans notre organisme ? (source alimentarium)

On retrouve les deux tiers de cette eau dans les cellules des tissus et un tiers en dehors, dans les organes, le sang, la lymphe et autres fluides.

Dans les cellules, l’eau permet les réactions chimiques en dissolvant et en transportant les minéraux et autres nutriments.

Dans le sang, la lymphe et les urines, l’eau facilite le transport des nutriments, des cellules, des hormones, et des produits du métabolisme.

Dans les organes, l’eau permet de secréter des hormones, des enzymes et des sels, utilisés pour la digestion, ainsi que les produits de cette dernière. L’eau est aussi un élément important des yeux et des larmes.

Elle joue un rôle dans la structure et la fonction mécanique des muscles et des articulations.

Enfin, dans l’épiderme, l’eau participe à la régulation de la température de l’organisme, grâce à l’évaporation et à la sueur / transpiration.

Comment l’équilibre hydrique est-il régulé ?

L’eau ne pouvant être stockée dans notre organisme, elle doit rester à un niveau constant, avec des apports équivalents à ce que nous perdons.

Nous perdons l’eau par l’épiderme (350 ml), à ceci s’ajoute la transpiration de base (150 ml), la respiration (450 ml), la perte par les intestins (150 ml) et l’évacuation des urines (1500 ml). Certaines de ces pertes peuvent varier. Ainsi, la transpiration augmente dans un environnement chaud, si nous pratiquons un sport, si nous avons de la fièvre ou suite à une forte émotion.

L’équilibre hydrique de notre organisme est principalement régulé par les urines et quand nous buvons de l’eau.

Nos reins filtrent et réabsorbent l’eau en permanence avant de se débarrasser de l’excès. Si l’hydratation (niveau d’eau) de notre organisme est insuffisante, les reins augmentent la réabsorption et le volume d’urine est diminué, pour conserver l’eau. A l’inverse, quand le niveau d’eau de notre organisme est bien adapté ou excédentaire, les reins ne modifient rien à la réabsorption et se débarrassent  des excès grâce à une excrétion  plus importante, à savoir un plus grand volume d’urine.

Notre alimentation nous apporte environ 800 ml d’eau et 300 ml sont le résultat du métabolisme (transformation de la nourriture en énergie). Comme nous avons besoin d’environ 2,6 litres d’eau pour combler nos pertes journalières, 1,5 litre doit être apporté par l’eau et les autres boissons que nous buvons dans la journée.

Pour protéger l’eau, il faut éviter de jeter :

  • des produits polluants dans les éviers, les toilettes ou les regards d’évacuation

  • des médicaments périmés ou entamés. Des circuits de collecte de médicaments existent. 

  • des restes de désherbants ou d’engrais utilisés pour le jardinage

  • des produits contre les rongeurs ou contre les limaces, etc.

  • des huiles de vidange neuves ou usées 

  • des hydrocarbures, essence à détacher, essence de térébenthine, etc.

  • des fonds de pot de peinture, de produits pour vernir les bois, etc.

  • des insecticides domestiques et les produits pour protéger les bois des insectes, etc.

Il est également défendu de :

  • évacuer l’eau de pluie des gouttières de la maison dans les collecteurs d’eau usées si vous êtes raccordé à un réseau séparatif ou si vous avez une installation d’assainissement autonome

  • utiliser des broyeurs d’ordures ménagères reliés à la conduite d’évacuation des eaux

Mieux vaut éviter de

  • Laver les voitures dans le jardin : le lavage entraîne des hydrocarbures et des particules polluantes (dues aux gaz d’échappement)  Les garages, les stations-service ou les stations de lavage sont, dans la plupart des cas, reliés aux stations d’épuration des eaux usées. 

  • Jeter dans la cuvette des toilettes les lingettes .

(source Centre d’Information sur l’Eau)

Le cycle domestique de l’eau, l’assainissement de l’eau est une des étapes du petit cycle de l’eau . Durant ce cycle, l’eau est d’abord collectée à l’état brut, puis elle subit différents traitements
pour la rendre potable.

De l’utilité de l’assainissement pour préserver nos ressources

La croissance démographique s’accompagne d’un développement des activités humaines (industrie, agriculture, activités domestiques) avec pour conséquence une production plus importante de rejets polluants qui viennent notamment dégrader la qualité de l’eau. Or, notre ressource en eau n’est pas inépuisable. Si nos eaux usées ne sont pas systématiquement nettoyées avant d’être rejetées dans le milieu naturel, elles risquent de détériorer l’environnement qui ne serait alors plus en capacité de fournir suffisamment d’eau, augmentant ainsi le risque de pénurie. C’est pourquoi l’assainissement de nos eaux usées est absolument essentiel pour préserver nos ressources naturelles.

 

Les eaux ainsi traitées retournent ensuite dans leur milieu naturel.

en savoir + sur le site de la DIREN

L’eau et les plantes
Les végétaux sont essentiellement constitués d’eau. Celle-ci sert à véhiculer les matières élaborées par la plante et les éléments minéraux nécessaires à sa
nourriture.
Grâce à un phénomène de diffusion, la plante puise dans le sol l’eau et les minéraux qui lui permettent de constituer sa sève brute. Cette sève monte ensuite
dans la tige de la plante et se répartit dans les feuilles. Là, grâce à la chlorophylle et à l’énergie du soleil, la photosynthèse
l’enrichit en substances organiques (glucides, lipides, protides) et la transforme en sève élaborée qui redescend pour
assurer le développement normal de la plante (nutrition, croissance) et permettre la constitution de réserves en vue d’assurer
une prochaine reproduction (tubercules, graines, fruits). D’autres échanges d’eau entre la plante et son environnement ont
lieu. Par la transpiration, l’eau est rejetée à l’état de vapeur à un rythme qui varie suivant les conditions atmosphériques
(humidité, température, vent). En été, un chêne adulte peut transpirer jusqu’à 500 litres d’eau par jour. L’eau peut être aussi rejetée à l’état liquide par un phénomène de sudation ou guttation, visible, par
exemple, le matin en bout de feuille.

L’eau et les animaux
Chez l’animal, l’eau intervient dans de nombreuses réactions chimiques de l’organisme, telle que l’hydratation ou la déshydratation. Elle est le milieu dans lequel se déroulent les processus métaboliques comme la distribution des substances alimentaires aux cellules ou l’élimination des déchets par les organes excréteurs. L’organisme animal doit remplacer quotidiennement une certaine quantité d’eau perdue par l’urine, la transpiration et l’évaporation pulmonaire. Des pertes d’eau supérieures à 10 % du poids de l’animal provoquent des troubles graves ; des pertes dépassant 22 % lui sont fatales.

L’eau élément vital
L’individu perd en moyenne deux litres d’eau par jour: 0,5 litre par transpiration et perspiration (diffusion de vapeur d’eau à travers l’épiderme), 0,5 litre par respiration et un peu plus d’un litre par les urines. Pour compenser ces pertes d’eau quotidiennes, l’homme doit absorber 2 litres d’eau en moyenne par jour. Il les trouve dans les boissons et les aliments qu’il consomme mais aussi dans son propre corps : on appelle alors cette eau, l’eau métabolique. L’homme éprouve le besoin de boire s’il perd 2 % de son eau. S’il en perd 10 %, il a des hallucinations et sa peau se rétracte; s’il en perd 15 %, il meurt.

L’eau et la vie quotidienne
L’eau tient une place particulièrement importante dans notre vie; on la retrouve en effet dans toutes les activités qui rythment notre quotidien: cuisine, toilette, lavages divers, évacuation des déchets (WC, lavabo, évier, baignoire). Elle contribue à plus de propreté et de salubrité.
La consommation d’eau par habitant augmente avec la facilité de distribution de l’eau (rivières, puits, fontaines ou robinets) et avec le niveau de vie de la population qui dispose de salles de bains et d’appareils électroménagers.
Au quotidien, l’eau entre également dans les procédés de fabrication de nombreux produits de consommation courante, alimentaires, agricoles, industriels.

Plus il y a d’eau, plus la végétation est riche.
Végétation luxuriante dans les zones tropicales, verdoyante sous les zones tempérées, adaptée à la sécheresse dans les zones méditerranéennes et pratiquement inexistante, dans les
déserts : la présence de l’eau conditionne la richesse et la diversité des végétaux.
■ climat humide : dans les zones tropicales qui bénéficient de pluies abondantes, la végétation est luxuriante, la forêt dense. Il y existe plusieurs centaines d’espèces différentes de végétaux à l’hectare. Les précipitations y sont de 2000 à 3000 mm par an, c’est-à-dire 2 à 3 m3 d’eau par mètre carré
et par an.
■ climat tempéré : c’est le type de climat dans lequel nous vivons. La végétation y est verdoyante. Globalement le niveau des pluies est inférieur de moitié à celui des zones tropicales.
Les précipitations atteignent 500 à 1300 mm d’eau par an, c’est-à-dire 0,5 à 1,3 m3 par mètre carré et par an.
■ climat semi-aride : on rencontre ce type de climat dans les régions méditerranéennes qui se caractérisent par une végétation adaptée à la sécheresse. Les précipitations atteignent environ 200 mm d’eau par an, soit 0,2 m3 par mètre carré par an.
■ climat aride : les précipitations sont très limitées, de 0 à 20 mm d’eau par an. Il n’y a quasiment pas de végétation.
Ce climat est celui des déserts.

Pour y parvenir, découvrez ces 10 gestes simples du quotidien :

  1. Vérifiez et réparez les fuites de robinets :  contrôlez les joints au robinet et changez- les s’ils sont défectueux. Les chasses d’eau qui fuient sont source de gaspillage important, prenez le temps de repérer un éventuel écoulement.

  2. Privilégiez les douches courtes (moins de 5 minutes) plutôt que les bains . 

  3. Coupez l’eau pendant que vous vous savonnez pour économiser davantage.  Fermez le robinet lorsque vous ne l’utilisez pas, par exemple pendant le brossage des dents.

  4. Récupérez l’eau froide de la douche avant qu’elle ne soit chaude et utilisez-la pour arroser vos plantes. 

  5. Investissez dans des équipements hydroéconomes : un pommeau de douche économe en eau et un mousseur pour réduire le débit d’eau. Installez une chasse d’eau à double débit ou placez une bouteille d’eau remplie dans le réservoir pour réduire la quantité d’eau utilisée à chaque chasse.

  6. Utilisez l’eau de pluie pour les activités qui ne nécessitent pas d’eau potable, comme l’arrosage des plantes.

  7. Utilisez le lave-vaisselle uniquement lorsqu’il est plein. Si vous lavez la vaisselle à la main, utilisez deux récipients d’eau.

  8. Choisissez des plantes moins gourmandes en eau pour réduire la quantité d’eau d’arrosage nécessaire.

  9. À la belle saison, arrosez votre jardin à la fraîche, tôt le matin ou tard le soir, pour réduire l’évaporation de l’eau d’arrosage.

  10. Participez à des défis et ateliers éco-gestes pour en apprendre davantage sur les gestes simples permettant d’économiser l’eau et l’énergie.

Chaque goutte compte ! En optant pour des gestes simples au quotidien, nous pouvons contribuer à veiller sur cette ressource essentielle tout en faisant des économies d’énergie. Un pari gagnant-gagnant !

N’oubliez pas de participer aux défis et ateliers éco-gestes pour renforcer votre engagement en faveur d’une consommation d’eau responsable et durable. Ensemble, nous pouvons préserver cette ressource essentielle pour notre planète.

Les usages de l’eau pour l’industrie sont liés aux opérations de transformation des produits industriels. 

L’eau est utilisée selon quatre grandes catégories: 

  • comme fluide thermique (production de vapeur, chauffage et refroidissement des installations) ;

  •  comme matière première d’un processus de fabrication (bière par exemple) ; 

  • comme agent de lavage de produits et de gaz, de nettoyage d’installations et de transport de solides ;

  •  et pour les besoins des personnels travaillant sur le site (cafétéria, toilettes…).

 

Besoins en eau

Cette eau est généralement issue, soit d’une ressource naturelle (eau de surface, eau profonde, voire eau de mer), soit du réseau local de distribution d’eau potable. Elle subit des traitements spécifiques sur site en fonction des qualités requises pour les différents usages.

 

Usages de l’eau

Les propriétés physico-chimiques des matières à extraire (dimension des particules, densité, toxicité, volatilité, composés moléculaires ou ioniques, caractère hydrophobe* ou hydrophile*…), leur concentration respective et les flux volumiques à traiter vont guider le choix des procédés à mettre en œuvre : séparation avec changement de phases (absorption, adsorption*, distillation*, échange d’ions, cristallisation*, précipitation*…), séparation sans changement de phases (décantation, filtration et autres séparations membranaires), voire destruction de composés par oxydation* (ozonation*, photo-oxydation* en présence ou non de catalyseur) (cf. V.13).

L’usage de l’eau peut être réalisé en circuit ouvert, ou semi-ouvert, et la même eau peut être utilisée pour un seul usage ou plusieurs usages, avec recyclage et/ou cascade, en respectant les qualités requises pour chaque usage par des reconditionnements intermédiaires (figure 1). Par ailleurs, dans l’objectif de diminuer les prélèvements et les flux rejetés, le milieu industriel a fait de gros efforts depuis une trentaine d’années pour favoriser le recyclage des eaux sur site, la valorisation énergétique, voire la récupération de co-produits (concept de technologies propres et d’économie circulaire) pour produire mieux et polluer moins. Au cours de leur usage, les eaux utilisées se chargent, en effet, en éléments indésirables, qui obligent l’extraction et le renouvellement des eaux alors impropres à leur utilisation. Les eaux extraites deviennent des eaux usées souvent non conformes à une réutilisation, et encore moins à un recyclage sur site, mais aussi à un rejet direct dans l’environnement.

 

(source CNRS EDITIONS-FRANCE)

 

Il existe de nombreux métiers dans le domaine de l’eau

Milieu naturel
• Garde-pêche (France)
• Garde-rivière (France)
• Garde du littoral (France)
• Technicien de rivière
• Technicien hydrobiologiste
• Hydrobiologiste
• Géomorphologue
• Prévisionniste pour l’annonce des crues
• Hydrologue
• Hydraulicien

 
Eau potable
• Foreur
• Agent technique de réseau d’eau potable
• Technicien en traitement d’eau potable
• Responsable de réseau d’eau potable
• Responsable d’usine de production d’eau potable
• Hydraulicien
• Hydrogéologue


Eaux usées
• Canalisateur
• Egoutier
• Agent de station d’épuration
• Technicien de contrôle de réseau d’assainissement
• Responsable de station d’épuration
• Responsable de réseau d’assainissement
• Hydraulicien

 
Qualité de l’eau Laboratoire
• Préleveur d’eau
• Technicien de laboratoire d’analyse des eaux
• Technicien du génie sanitaire
• Ingénieur du génie sanitaire
• Responsable de laboratoire d’analyse des eaux


Ressources Captage d’alimentation en eau potable
• Hydrologue
• Hydrogéologue
• Responsable de l’entretien et de la maintenance d’ouvrages hydrauliques
• Conseiller en hydraulique agricole et/ou en agronomie

ANALYSE de la SOURCE VAIMA 2009

 

VOIR LE FILM DE L’ENDOSCOPIE D’UN FORAGE

CLIQUEZ sur l’image

 

Présentation de la marque de SAVON NATUREL, un savoir faire mis en valeur par sa créatrice, originaire de la commune de Teva I Uta (Papeari)

Consulter le site “L SCARABEE” et passer commande

 

Présentation d’un revendeur des produits “L SCARABEE” situé dans la commune de Mataiea

 

Salon de coiffure Manea Style 

Consulter la page FACEBOOK “Salon de coiffure Manea Style

” et passer commande

 

VOIR LE FILM DE L’ENDOSCOPIE D’UN FORAGE

CLIQUEZ sur l’image